Archivo | Aspect sécant/non-sécant RSS feed for this section

Aspect sécant/non-sécant

27 Feb

p>La différence passé simple/imparfait n’est cependant pas gratuite et tient à la différence aspect sécant/non-sécant.

Aspect sécant/non-sécant

L’aspect non-sécant envisage une action d’importance, au premier plan (il chanta). L’action est considérée avec des limites que l’on connaît (il chanta pendant 3 heures), globalement.

L’aspect sécant, non-global ou duratif envisage une action qui a lieu en arrière-plan, de moindre importance ; l’action est considérée sans limite précise, à un moment précis de son déroulement : dans Jean chantait quand je sortis du conservatoire, on peut voir Jean figé, en train de chanter, pendant que je sortis. On ne considère pas l’action dans sa globalité mais au contraire on la prend en coupe à un moment donné de son évolution, d’où le terme sécant.

Le terme duratif pour sécant (imparfait) est trompeur. Il ne faut pas considérer que cet aspect indique une certaine durée (la longueur d’une action n’est jamais indiquée par l’aspect) mais qu’il saisit l’action dans une durée (quelle qu’elle soit) et non à un moment précis (ponctuel).

Aspect multiplicatif

L’aspect multiplicatif ne renvoie pas à une fréquence de répétition comme l’aspect fréquentatif (ou itératif), mais à une multiplication du procès (criailler). Il s’agit d’un aspect affixal et non pas grammatical.

Anuncios

Aspect sécant/non-sécant

27 Feb

p>La différence passé simple/imparfait n’est cependant pas gratuite et tient à la différence aspect sécant/non-sécant.

Aspect sécant/non-sécant

L’aspect non-sécant envisage une action d’importance, au premier plan (il chanta). L’action est considérée avec des limites que l’on connaît (il chanta pendant 3 heures), globalement.

L’aspect sécant, non-global ou duratif envisage une action qui a lieu en arrière-plan, de moindre importance ; l’action est considérée sans limite précise, à un moment précis de son déroulement : dans Jean chantait quand je sortis du conservatoire, on peut voir Jean figé, en train de chanter, pendant que je sortis. On ne considère pas l’action dans sa globalité mais au contraire on la prend en coupe à un moment donné de son évolution, d’où le terme sécant.

Le terme duratif pour sécant (imparfait) est trompeur. Il ne faut pas considérer que cet aspect indique une certaine durée (la longueur d’une action n’est jamais indiquée par l’aspect) mais qu’il saisit l’action dans une durée (quelle qu’elle soit) et non à un moment précis (ponctuel).

Aspect multiplicatif

L’aspect multiplicatif ne renvoie pas à une fréquence de répétition comme l’aspect fréquentatif (ou itératif), mais à une multiplication du procès (criailler). Il s’agit d’un aspect affixal et non pas grammatical.

Aspect sécant/non-sécant

27 Feb

p>La différence passé simple/imparfait n’est cependant pas gratuite et tient à la différence aspect sécant/non-sécant.

Aspect sécant/non-sécant

L’aspect non-sécant envisage une action d’importance, au premier plan (il chanta). L’action est considérée avec des limites que l’on connaît (il chanta pendant 3 heures), globalement.

L’aspect sécant, non-global ou duratif envisage une action qui a lieu en arrière-plan, de moindre importance ; l’action est considérée sans limite précise, à un moment précis de son déroulement : dans Jean chantait quand je sortis du conservatoire, on peut voir Jean figé, en train de chanter, pendant que je sortis. On ne considère pas l’action dans sa globalité mais au contraire on la prend en coupe à un moment donné de son évolution, d’où le terme sécant.

Le terme duratif pour sécant (imparfait) est trompeur. Il ne faut pas considérer que cet aspect indique une certaine durée (la longueur d’une action n’est jamais indiquée par l’aspect) mais qu’il saisit l’action dans une durée (quelle qu’elle soit) et non à un moment précis (ponctuel).

Aspect multiplicatif

L’aspect multiplicatif ne renvoie pas à une fréquence de répétition comme l’aspect fréquentatif (ou itératif), mais à une multiplication du procès (criailler). Il s’agit d’un aspect affixal et non pas grammatical.

Aspect sécant/non-sécant

27 Feb

p>La différence passé simple/imparfait n’est cependant pas gratuite et tient à la différence aspect sécant/non-sécant.

Aspect sécant/non-sécant

L’aspect non-sécant envisage une action d’importance, au premier plan (il chanta). L’action est considérée avec des limites que l’on connaît (il chanta pendant 3 heures), globalement.

L’aspect sécant, non-global ou duratif envisage une action qui a lieu en arrière-plan, de moindre importance ; l’action est considérée sans limite précise, à un moment précis de son déroulement : dans Jean chantait quand je sortis du conservatoire, on peut voir Jean figé, en train de chanter, pendant que je sortis. On ne considère pas l’action dans sa globalité mais au contraire on la prend en coupe à un moment donné de son évolution, d’où le terme sécant.

Le terme duratif pour sécant (imparfait) est trompeur. Il ne faut pas considérer que cet aspect indique une certaine durée (la longueur d’une action n’est jamais indiquée par l’aspect) mais qu’il saisit l’action dans une durée (quelle qu’elle soit) et non à un moment précis (ponctuel).

Aspect multiplicatif

L’aspect multiplicatif ne renvoie pas à une fréquence de répétition comme l’aspect fréquentatif (ou itératif), mais à une multiplication du procès (criailler). Il s’agit d’un aspect affixal et non pas grammatical.

Aspect sécant/non-sécant

27 Feb

p>La différence passé simple/imparfait n’est cependant pas gratuite et tient à la différence aspect sécant/non-sécant.

Aspect sécant/non-sécant

L’aspect non-sécant envisage une action d’importance, au premier plan (il chanta). L’action est considérée avec des limites que l’on connaît (il chanta pendant 3 heures), globalement.

L’aspect sécant, non-global ou duratif envisage une action qui a lieu en arrière-plan, de moindre importance ; l’action est considérée sans limite précise, à un moment précis de son déroulement : dans Jean chantait quand je sortis du conservatoire, on peut voir Jean figé, en train de chanter, pendant que je sortis. On ne considère pas l’action dans sa globalité mais au contraire on la prend en coupe à un moment donné de son évolution, d’où le terme sécant.

Le terme duratif pour sécant (imparfait) est trompeur. Il ne faut pas considérer que cet aspect indique une certaine durée (la longueur d’une action n’est jamais indiquée par l’aspect) mais qu’il saisit l’action dans une durée (quelle qu’elle soit) et non à un moment précis (ponctuel).

Aspect multiplicatif

L’aspect multiplicatif ne renvoie pas à une fréquence de répétition comme l’aspect fréquentatif (ou itératif), mais à une multiplication du procès (criailler). Il s’agit d’un aspect affixal et non pas grammatical.